FR0024 Stampe S.V.4b Belgium

Historique :
Le Stampe et Vertongen S.V.4 est l’une des plus belles réussites de l’industrie aéronautique belge. Jean Stampe voulait obtenir un avion d’école ayant de bonnes qualités de voltige, et il a fort bien réussi, comme le montre la longue et variée carrière du « Stampe ».

 

Le prototype du Stampe S.V.4b (b pour Bis afin de le différencier de la première série), immatriculé OO-ATC, remporte le concours pour un avion d’entraînement élémentaire de l’Aé. Mil. à l’été 1939 ainsi que le concours correspondant de l’Armée de l’Air à Villacoublay, en juillet 1939. La première commande belge porte sur 30 appareils qui sont livrés à l’Aé. Mil. entre décembre 1939 et le 13 mai 1940. Le doublon du prototype, codé OO-ATD, est « emprunté » le 4 juillet 1941 par Michel Donnet et Léon Divoy pour s’évader de Belgique et gagner la Grande-Bretagne.

A la fin de la seconde guerre mondiale, la France comme la Belgique manquent d’avions d’entraînement. Une commande française de 701 appareils équipés d’un moteur Renault 4-POI est construite sous licence à Sartrouville, suivie d’une commande de 150 machines construites en Algérie. La version à moteur Renault est désignée S.V.4c.

En 1947, la Belgique passe commande de 65 S.V.4b supplémentaires, légèrement modifiés par rapport à la version d’avant-guerre (avec moteur Gipsy Major X de 145 CV et verrière coulissante amovible). Ces avions, fabriqués à Anvers entre 1948 et 1955, servent dans la Force Aérienne belge à l’Ecole de Pilotage Elémentaire et sont immatriculés V1 à V65. Ils servent en école jusqu’en 1970 puis sont vendus à des acheteurs anglais ou américains. La patrouille belge des « Manchots » anime des meetings aériens et est la première à présenter des figures « en miroir ». Elle est dissoute en 1968. Plusieurs Stampe sont conservés au musée de Bruxelles, dont le OO-ATD et le V64, très spectaculaire, peint en jaune et noir. Des Stampe sont encore utilisés de nos jours, le « Club Stampe » regroupe des propriétaires et sympathisants de ce robuste et spectaculaire petit appareil.

Spécifications : biplan biplace monomoteur d’entraînement et de voltige. Envergure : 8,39 m (aile supérieure) et 8 m (inférieure), longueur 6,97 m, surface portante totale : 18,06 m2, poids à vide 529 kg, poids maximum en charge 770 kg. Avec un moteur Renault 4-PO3, vitesse maximum 198 km/h, plafond 4 900 m.

Informations complémentaires, documentation :

  • Toutes les boîtes contiennent deux capots-moteurs (Gipsy et Renault). Toutes les boîtes contiennent également toutes les pièces transparentes (canopée belge fermée biplace, canopée belge fermée monoplace pour les Manchots et deux pares brises), ainsi qu'une grappe de pièces en résine communes, qui comprend 2 Venturi, deux bossages pour version a (voltige / acrobatie) et un tube Pitot.
  • Le Musée Stampe de Dheurne (prés d'Anvers) expose plusieurs Stampe, dont au moins un en état de vol, et propose des baptêmes de l'air
  • Documentation : Les avions Stampe de Réginald Jouhaud (Wimpel Amsterdam), et le livret Ouest France du même auteur
  • Documentation : la revue de l'IPMS belge, KIT, donne dans son n°180 un compte rendu de montage de la maquette en version Manchots (par Pierre Sanglier) et présente différentes améliorations. Pour cette version (au moins), il faut supprimer le renflement sur le fuselage gauche, immédiatement sous les mâts de cabane (il n'apparaissait que sur les appareils français, apparemment). 

Schémas de camouflage :

  • V33 orange et rouge dayglo, avec insigne de l'Ecole de Pilotage (manchot) sur le fuselage
  • V18 de la patrouille acrobatique des Manchots, appareil blanc et noir, fléches blanches et rouges sur le dessus de l'aile supérieure, grand Manchot sur la dérive. Peut être fait avec canopée monoplace ou biplace, les deux versions furent utilisées.
  • V23 tout argent avec bandes de fuselage et d'ailes jaunes